I 01 I
I 02
I 03
I 04
I 05
 
 
• Sculptures
• Peintures
• Photographies
• Serigraphies
• Design
• Collages
• Dessins
• Gravures
• Installations
05. Ceci n'est pas un nuage! Climat la nouvelle Apocalypse?
 
download PDF
  • 2018, aluminium et époxy, 1,25 m x 1,5 m
    Château d'Angers, CMN, Angers 2018
    Collection particulière

  • 2018, aluminium et époxy, 1,25 m x 1,5 m
    Bastide de Fave, Brue Auriac, 2019
    Collection de l'artiste

  • 2018, aluminium et époxy, 1,25 m x 1,5 m
    Château d'Angers, CMN, Angers 2018
    Collection de l'artiste

  • 2018, aluminium et époxy, 1,25 m x 1,5 m
    Château d'Angers, CMN, Angers 2018
    Collection de l'artiste

  • 2018, aluminium et époxy, 1,25 m x 1,5 m
    Château d'Angers, CMN, Angers 2018
    Collection de l'artiste

  • 2018, acier inoxydable poli miroir, 1,25 m x 1,5 m
    Dubai, 2018
    Collection de l'artiste

  • 2018, acier inoxydable poli miroir, 1,25 m x 1,5 m
    Dubai, 2018
    Collection de l'artiste

  • 2018, acier inoxydable poli miroir, 1,25 m x 1,5 m
    Ecole Militaire, Paris, 2019
    Collection de l'artiste

 




Une sculpture « Ceci n’est pas un nuage ! Climat, la nouvelle Apocalypse ? » se compose d’un fin plateau en forme de nuage reposant sur 5 colonnes de 45 cm de hauteur partant du sol. Le nuage, dont la taille est variable (au minimum de 1,50 m x 1,25 m), est formé par un regroupement de 4 formes géométriques carrond qui s’interpénètrent. Le carrond est un motif d’équilibre fétiche de l’artiste, fusion d’un demi-carré et d’un demi-rond. La forme de la sculpture évoque ainsi la fusion de 4 équilibres, dont le propre équilibre provient de 5 sources indépendantes, dont la hauteur identique provoque l’horizontalité du plateau.

Maud Louvrier Clerc s’est inspirée pour cette série de « La tenture de l’Apocalypse » conservé au Château d’Angers, domaine national du centre des monuments nationaux à qui elle rend ici hommage et du peintre surréaliste René Magritte à qui elle fait un clin d’oeil.

Commandée vers 1375 par le duc Louis Ier d’Anjou, la Tapisserie de l’Apocalypse est un chef d’œuvre de l’art médiéval, unique au monde.  Sur ses 140 mètres d’origine, 100 sont parvenus jusqu’à nous. Elle est le plus important ensemble de tapisseries médiévales subsistant au monde. Louis Ier d’Anjou laisse transparaître toute son ambition politique à travers la symbolique de l’Apocalypse, qui résonne de manière particulière aux oreilles des hommes du XIVème siècle qui subissent famines, épidémies et guerres. L’Apocalypse étant à entendre dans son acceptation grecque, action de découvrir ou latine, révélation. Dans la France médiévale et chrétienne, l’Apocalypse, la révélation était celle du salut de l’homme via la résurrection du Christ. Malgré ses souffrances terrestres, une vie morale lui permettra d’accéder au royaume céleste et à la vie éternelle. La Trahison des images est de son côté une peinture à l’huile de 1928–1929 et est un des tableaux les plus célèbres de René Magritte. Il représente une pipe, accompagnée de la légende suivante : «  Ceci n’est pas une pipe. ». L'intention la plus évidente de Magritte est de montrer que, même peinte de la manière la plus réaliste qui soit, une pipe représentée dans un tableau n’est pas une pipe. Elle ne reste qu’une image et Magritte a  développé un discours du rapport entre l’objet, son identification et sa représentation de 1928 à 1966.

La plasticienne entend dévoiler avec sa sculpture « Ceci n’est pas un nuage ! Climat, la nouvelle Apocalypse ? » une révélation, celle de notre interdépendance sachant que celle-ci n’en est qu’une image. Les 4 carronds qui forment le plateau de la sculpture représentent en effet les 4 piliers du développement durable : social, économie, environnement et culture. La nouvelle morale demande à l’homme de les combiner pour créer un développement durable pour le salut de l’humanité et son écosystème. Du Nord ou du Sud, de l’Ouest ou de l’Est, développés ou émergents, chaque pays chaque émission de CO2 se disperse dans l’atmosphère. Il n’y a plus de frontières. L’interdépendance de notre avenir est actée.  Le plateau symbolise de par sa forme de nuage le climat mondial, qui repose sur 5 colonnes indépendantes, nos 5 continents. Les colonnes évoquent pour l’artiste les anciens temples grecs, ils reflètent le caractère sacré de la vie dans toutes ses formes sur Terre mais aussi la fragilité. La plupart des temples grecs suite aux tremblements de terre, incendies ou guerres successives sont aujourd’hui en effet écroulées. Sur la plupart des sites où se dressaient de vastes temples ne reste devant nos yeux que des champs de ruine. L’Apocalypse d’Angers est en outre une tapisserie dite « sans envers », ce qui signifie que tous les arrêts sont cachés à l’intérieur même du travail, donnant ainsi un résultat parfait des deux côtés. Les colonnes de la sculpture sont, de la même manière, vissées à son plateau de manière invisible en étant intégrées à l’intérieur des colonnes, ainsi la sculpture peut se retourner à l’envers face au sol « sans envers ».

Avec cette sculpture, Maud Louvrier Clerc évoque le développement durable comme la nouvelle révélation de l’humanité au travers de l’image d’un nuage. Le nuage représente pour elle un symbole à la fois du climat mais aussi du monde des rêves. A la fois élément clé de l’écosystème mondial, il reste aussi impalpable et fugitif que les songes et que l’immatérialité de la prise de conscience mondiale de cette nouvelle Apocalypse.

http://www.chateau-angers.fr/Actualites/Ceci-n-est-pas-un-nuage-!-Climat-la-nouvelle-Apocalypse

http://pointcontemporain.com/maud-louvrier-clerc-entretien/